Partagez | 
 

 La fin d'un chapitre, le début d'un nouvel air

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enora K. SiddyVampire - Hypnotiqueavatar

Date d'inscription : 15/04/2013
Messages : 207
Localisation : Dans tes cauchemars

MessageSujet: La fin d'un chapitre, le début d'un nouvel air    Mer 4 Juin - 19:44

La fin d'un chapitre
Le début d'un nouvel air

Là où Lycampire prend tout son sens



Depuis des jours maintenant que mon sang s'écoule peu à peu de mon corps. D'énormes crochets me transpercent le corps à plusieurs endroits. Je suis pendu dans le vide comme une vulgaire carcasse de boeuf dans une boucherie crasseuse. Brandon me nourrit un peu tous les jours. Juste assez pour me maintenir en vie, sans pour autant que mon corps réussisse à se régénérer comme il le devrait. Je suis minable, pitoyable. Des sauts placés sous mes pieds accumulent l'épais liquide visqueux. Goûte par goûte. C'est le silence complet. Le seul bruit étant mon sang qui rempli les sauts. Goûte par goûte. Ce bruit va finir par me rendre folle.

Mon erreur ? Ce principe que je rejette depuis toujours. Cette illusion si connue du commun des mortels. Je n'ai jamais aimé Brandon. Je le vénérais, l'adulais, me donnais corps et âme à sa grandeur. Il était l'image de la puissance dans toute sa beauté. Invincible. Le maître de notre monde. À ses côtés, j'avais le sentiment d'être au dessus de tout. Malheureusement, je n'ai jamais été à l'abri de ce sentiment incontrôlable qui fait son chemin. Une petite graine planté en quelque part dans nos entrailles et qui grandit de jour en jour comme un immense chêne indestructible.

Je me souviens de tout. Même si j'agonise, la tête pendante, les membres faibles. Je me souviens de Angel. Mon tout premier amour. Celui qui avait fait naître en moi l'espoir d'un monde meilleur. Celui qui m'avait promis monts et merveilles. Qui m'avait juré de me sortir de la rue, qu'on allait vivre une belle histoire d'amour pour le reste de ma mortelle existence. Il était revenu trop tard. Mon coeur c'était fermé, à tout jamais.

Jusqu'à ce que Charles arrive. Cet homme. Droit, fort. Un vampire de confiance pour Brandon. Au début, c'était que physique. Du moins, c'est ce que je croyais. Jusqu'à ce que je me rende compte qu'au fond, j'en étais de plus en plus dépendante. Je ne me reconnaissais plus. C'était la première fois que... que j'en venais à effacer ma propre mémoire, incapable de supporter ce sentiment qui grandissait en moi.

Ce fût mes erreurs. Ma perte. Jamais je n'aurais du trahir Brandon de la sorte. Je n'ai ce que je mérite. Il a tout fait pour moi. Il a fait de moi l'être surpuissant que je suis aujourd'hui et je l'ai trahi. J'ai trahi mon sang, mon espèce, mes origines. Pourtant, je ne cesse de penser aux lèvres de Charles contre les miennes. À la main d'Angel qui caresse tendrement ma joue. Au regard d'adoration de ma princesse. Je ne sais plus depuis combien de temps je suis ici et ni pour combien de temps encore j'y serai avant que Brandon me prenne mon éternité, mais je sais que ma dernière pensée ira pour eux.
Code by AMIANTE

_________________
♫ It's just the beast
under your bed
in your closet
in your head ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité


MessageSujet: Re: La fin d'un chapitre, le début d'un nouvel air    Lun 14 Juil - 16:11



La fin d'un chapitre,
le début d'un
nouvel air



Seule. Toujours seule. Je finis toujours par me retrouver seule. Et ça c’est parce que je suis idiote. J’aime aveuglément, je place ma confiance en des gens et ils m’abandonnent. D’abord mes parents. Puis Enora, celle qui me tenait lieu de mère depuis ma transformation. Elle m’a laissé tomber. Dans sa lettre, elle semble regretter, vouloir rester, mais si c’était vraiment le cas, elle ne serait pas partie. Elle ne m’aurait pas laissé toute seule ! Faire confiance à Charles pour s’occuper de moi ? Pour qu’il m’abandonne lui aussi ? Comme elle ? Non, à partir de maintenant, je n’ai plus besoin de personne. Je n’ai plus besoin d’amour. Je n’ai besoin que de sang. De sang et de mort.

C’est leur faute, j’en suis sûre. Ces sales Lycans. Ces sales humains. Qu’ils meurent tous, je n’ai rien à faire d’eux de toute façon. Le monde m’a enlevé ma mère alors le monde va le regretter. Le monde va saigner. Le monde va trembler. Les gens vont apprendre à avoir peur de moi, à me craindre. Et alors ils ne me feront plus de mal. Ils ne me prendront plus mes choses. Mais pour cela, je ne dois plus ressentir ces émotions humaines et indignes de moi. L’amour et l’affection doivent donc être bannis de mon être. Je dois construire une immense cage de fer forgé autours de mon cœur ou bien me l’arracher.

Les massacres ne changent rien à la situation, ils ne me ramènent pas Enora, mais ils me font me sentir mieux. Réduire en bouillie les gamins m’amuse. Ouvrir le ventre des femmes enceintes, me faire des colliers des dents des loups qui croisent ma route, preindre des symboles tribaux sur mon corps avec le sang de mes victimes m’amène une profonde euphorie. Alors tout me semble plus simple, plus froid, plus facile. Je dis adieu à la Rosaimée mignonne et polie que mon frère a élevée et je dis bonjour à la Rosaimée sans pitié et sanguinaire que je suis devenue. J’étais faible, je suis forte.

Je vais m’en sortir, parfaitement bien même. Je n’ai ni besoin d’Enora, ni besoin de Charles. Je n’ai pas besoin d’eux. À force de me le répèter, je finirai par y croire. Je finirai par oublier ce sentiment d’abandon qui me serre l’âme. Cette tristesse constante.

Depuis son départ, je vis dans sa chambre. La chambre d’Enora. Son odeur y plane encore par endroit. Non, je n’ai pas besoin d’elle. Mais sa chambre est plus jolie que la mienne. Et j’ai souvent dormit dans sa chambre, cela ne veut rien dire. La pièce est innocupée maintenant, j’ai bien le droit d’y dormir. J’ai… Bon, d’accord, j’aime m’endormir en sentant son parfum sur l’oreiller, comme si elle était encore là. Si seulement elle n’était jamais partie…

C’est exactement là que je suis aujourd’hui. Dans son lit. Mon lit. Je n’ai pas envie de meurtre. Je n’ai pas faim. Je me lève et j’erre dans le manoir, sans but. J’arrive devant une fenêtre et regarde dehors. Si seulement elle pouvait sortir du couvert des arbres et revenir…
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité


MessageSujet: Re: La fin d'un chapitre, le début d'un nouvel air    Lun 14 Juil - 16:27



La fin d'un chapitre,
le début d'un
nouvel air



Un hurlement me déchire, encore. Je ne peux m’en empêcher, la douleur est si poignante. Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi m’a-t-elle abandonné ? Pourquoi est-elle partie ? Pourquoi me demander de ne pas tenter de la retrouver ? Pourquoi m’avoir offert cette dernière nuit si c’était pour tout m’arracher ensuite ? Je plante mes griffes dans mon cuir chevelu, la douleur mentale devenant physique. Je suis sur la falaise, cette falaise. Notre falaise. Pourquoi ? Enora, pourquoi ?

Ma faute. C’est ma faute. Quand je l’ai reconnue, quand j’ai comprit qu’elle ne se souvenait pas de moi, j’aurais dû la laisser à sa nouvelle vie. J’aurais dû en finir avec la mienne, comme je le voulais avant de la retrouver. Je n’aurais pas dû m’imposer, je n’aurais pas dû tout faire pour lui faire récupérer la mémoire. Voilà ce qui nous a menés là. C’est moi. Mon corps prenant peu à peu la forme d’un loup au pelage chocolat, je m’effondre au sol et rampe vers le bord de la falaise qui plonge dans le vide. Mourir, je dois mourir. Si je n’ai pas Enora, si je n’ai pas le droit d’aller la retrouver, mourir est la seule solution à mon mal. Elle ne le saura jamais de toute façon. Elle ne reviendra pas, elle pensera que j’ai refait ma vie, comme elle l’a souhaité.

Ma tête pend au-dessus de la mer. Quelques centimètres de plus et mon corps va se fracasser sur les rochers en bas. Je ramasse mes pattes postérieures sous moi, près pour le dernier bond. Puis je réalise une chose. Si c’est ma faute, ce n’est pas que la mienne. C’est aussi leurs fautes à eux. Charles et Brandon. Si je dois mourir, j’en entraînerai au moins un avec moi. Brandon, c’est lui que je vais tuer. Enora aime Charles, elle m’en voudrait de le tuer. Au pire, Brandon me tuera et cela reviendra au même. Je mourrai.

Je bondis sur mes pattes et évite une chute mortelle. La rage au cœur, le mord aux dents, je me jette vers le manoir du plus puissant et plus terrifiant de tous les Vampires dans le but de le tuer. Et bien entendu, le putain de manoir n’est jamais vide. Il y aura quantité de Vamps qui se promèneront un peu partout. Et des gardes. Mais je verrai bien ce que je ferai une fois là-bas.

La forêt défile sous mes pattes, je ne crois pas avoir déjà courru aussi vite. La peur donne des ailes, qu’ils disent. Je dirais que la haine aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Charles de VereVampire - Mystérieuxavatar

Date d'inscription : 25/01/2013
Messages : 747
Localisation : Londres

MessageSujet: Re: La fin d'un chapitre, le début d'un nouvel air    Ven 25 Juil - 18:24


LA FIN D’UN CHAPITRE le début d’un nouvel air




Pourquoi fallait-il que tu partes? Toi, ma nouvelle raison de vivre. Celle qui me permettait enfin d’être l’homme que je suis réellement. Celle qui, une fois son amour retrouver, me permit d’apprécier l’amour que j’avais pour elle alors que je ne pensais plus jamais la revoir depuis la mort tragique de Catherine. Malgré tout ce que j’ai pu dire, elle est partie en ne me laissant qu’une lettre qui me fit trembler et qui me chamboula. Malheureusement, je n’ai pas pu faire ce qu’elle me demandait. Rosaimée ne voulait plus me voir pour des raisons qu’elle gardait pour elle, mais je suis certain que son départ y est pour quelque chose.

J’ai perdu mon sourire, ma bonne humeur, tout. J’étais redevenu le monstre de mes débuts, celui qui avait saccagé des villes entières pour aucune raison. Le monstre qui était revenu à la vie suite à la mort de Catherine et qui avait causé les mêmes dégâts. Cependant, ma conscience n’était pas partie comme les deux dernières fois. Peut-être était-ce dû au fait que je la savais toujours en vie. Je n’en aurais jamais la réponse. Quoi qu’il en soit, je m’attaquais au couple innocent dans les parcs, les bois, partout où ils étaient.

Toutes les nuits, après avoir commis des meurtres de sang-froid, je partais vers la montagne où une chute des plus spectaculaires avait élu domicile. Sa beauté me faisait tellement rappeler la sienne. Je me morfondais là jusqu’à ce que l’aube approche et que je doive retourner chez moi. Seulement, une nuit, j’ai pensé à un moyen de la faire revenir. Si elle tenait vraiment à nous, une lettre disant qu’un de nous était en danger la ferait surement revenir. En arrivant chez moi, je me suis donc attelé à écrire une lettre disant que Rosa était gravement blessée suite à l’attaque d’un lycan en prenant soin de ne rien laisser paraitre de l’amour que j’avais pour elle. J’ai fermé la lettre avec de la cire et le sceau de ma famille. Ainsi, si le sceau était brisé, elle comprendrait qu’elle ne devait pas revenir, car quelqu’un l’aurait lu et si c’était le cas, je pourrais justifier mon mensonge auprès de Brandon.

Les jours passaient sans avoir de nouvelle. J’avais remis ma lettre au messager sans passé par Brandon prétextant une urgence, car lui seul savait où se trouvait Enora le temps qu’elle disparaisse pour de vrai de la circulation. Je devenais de plus en plus meurtrier et peu social. J’avais délaissé mes amis vampires peu à peu. Seul Brandon faisait partie de mes visites régulières. Étrangement, ça ne le surprenait pas de me voir redevenir le monstre qu’il avait vu en moi des siècles plus tôt. Cela n’était pas pour me déplaire, car ainsi, il ne pouvait pas comprendre que j’étais amoureux d’Enora.

Un jour, alors que j’errais dans le manoir, je surpris une conversation entre deux autres vampires. L’un d’eux se vantait d’être très proche de Brandon, car il était le seul à savoir où se cachait sa prisonnière la plus dangereuse et la plus précieuse. Ceci me fit rire, car cela ne faisait pas de lui quelqu’un d’exceptionnel. Cependant, ce que j’entendis après me mit en rage noire. Enora. Comment ce pouvait-il qu’Enora était la prisonnière de Brandon? Rapide comme l’éclair, j’arrache le cœur du vampire qui n’était au courant de rien et prend l’autre par la gorge. Avec une seule intention, savoir où se trouvait l’amour de sa vie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brandon SoulAncien des Vampiresavatar

Date d'inscription : 06/04/2011
Messages : 67

MessageSujet: Re: La fin d'un chapitre, le début d'un nouvel air    Lun 28 Juil - 17:14


Trahi.

Trompé, souillé, humilié.

Et je ne m’étais douté de rien.

Non.

De rien.


Je suis en colère. Une colère froide, noire et pernicieuse, qui va s’évacuer dans la douleur. La douleur de celle qui a osé commettre l’affront de me tromper.


Enora.


Non, on ne trompe pas l’âme damnée, le plus puissant être au monde, l’Ancien des Vampires, sans en subir ses représailles. Elle a bafoué mon honneur, tué mon amour. Alors qu’elle comprenne son erreur.

Pour toujours.


Et quoi de plus instructif que lui ôter son éternité goutte par goutte, dans la souffrance de ses actes…


Son cadavre vivant pend désormais sans aucune complainte au-dessus du sol. Chaque goutte tombe l’une après l’autre dans un petit clapotis monotone, drainant sa vie vers le sol. Elle a cinq litres pour se repentir, avant de mourir.


Je l’ai aimée. Mais il semble qu’elle en a préféré d’autres. C’est bien dommage, elle ne les verra plus.

Jamais.


Elle est enfermée. Seule. Je viens quelquefois lui rendre visite. Pour la nourrir, et pour lui demander s’il elle a mal. Elle est belle, quand elle a mal. Sa peau d’un blanc lumineux scintille sous les rayures rougeâtres qui suintent vers le bas. Ses bras, ses jambes pendent gracieusement, comme les branches d’un saule pleureur en automne. Sa chevelure magnifique, tachetée çà et là de rouge, est encore soyeuse au toucher. Et dans son regard, luisant, la folie ternit ses iris, dans les reflets humides de ses cristallins.

Elle est splendide.


Aujourd’hui, comme les autres jours, je veux obtenir sa rédemption dans la terreur. Pour cela, j’ai apporté une petite lame en argent un peu rougie et la haine viscérale qui me possédait. J’avance pas à pas. Je m’approche de son visage, lentement, je lui serre les joues entre les doigts de ma main gauche, je la fixe dans les yeux, et la contemple. Voit-elle à quel point je suis affecté ? Quand je lui montre ce regard d’une noirceur glaciale, quand elle sent par ma main crispée la force d’une haine sans précédent, quand elle voit la lame d’argent presque trembler dans mon autre main… Comprend-elle ?


Comment ne pas comprendre… On sait quand on fait une erreur pareille, on sait que cela ne peut que se terminer mal. On le devine dès les premiers instants de la tromperie. Elle a dû le sentir alors, quand elle est tombée amoureuse de ces déjections. Mais son entêtement (ou son idiotie, que sais-je ?) l’a poussée à succomber à la faiblesse des tentations par lesquelles tous les mortels semblent tant attirés. Traitrise de sa part. Fatale et unique imprudence, qui mène au dévoilement de ce qu’elle n’aurait jamais dû montrer : ses véritables sentiments.


Je reste inexpressif. Elle ne s’apercevra pas de la douleur qu’elle m’a causée. Elle la percevra elle-même, à la profondeur de la lame d’argent, et à son éternité éphémère.



Je ressors de la salle au bout d’une heure et trente-quatre minutes, après avoir estimé qu’elle en a subi assez pour aujourd’hui. Je me dirige vers le salon nonchalamment, puis m’assieds dessus, sans conviction. Je me pose une unique question, en cet instant : à quoi cela me sert-il de la torturer ainsi ? Si ce n’est soulager ma peine…


Il me faut bien plus. Sa mort ne sera qu’une étape vers la pleine vengeance. Il me faut trouver les auteurs de ces méfaits, et les punir. Voir leur sang couler par effluves sous mes pieds, voir la peur – que dis-je ? la terreur dans leurs yeux écarquillés dans la douleur. Les entendre me supplier de les laisser en vie ; puis les entendre me supplier de les laisser mourir. Leur faire connaitre la véritable saveur de la puissance du diable incarné. Cependant…


Une meilleure idée me vient à l’esprit. Je vais attendre calmement et les laisser venir et secourir Enora. Et quand ils penseront que leur amour de Vampire est sauvée, alors je les tuerai.


Oui, je les tuerai.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora K. SiddyVampire - Hypnotiqueavatar

Date d'inscription : 15/04/2013
Messages : 207
Localisation : Dans tes cauchemars

MessageSujet: Re: La fin d'un chapitre, le début d'un nouvel air    Mar 29 Juil - 2:39

La fin d'un chapitre
Le début d'un nouvel air

Là où Lycampire prend tout son sens



Des bruits de pas. Déjà une autre journée ? Dans cette noirceur, je perds la notion du temps. La seule indication que j'ai qu'une journée s'est passée, est la visite de Brandon. Visite que je redoute, de jours en jours. Le simple bruit de ses pas indiquant qu'il est proche me fait tressaillir. La torture et la souffrance m'attirent beaucoup plus si je me trouve du côté du bourreau et non de la victime. J'aurais du suivre mon plan. J'aurai du partir, rester loin. Je savais que ça se terminerait comme ça, il n'y avait aucune autre fin possible.

Ça avait été plus fort que moi. J'avais besoin de revoir le visage de Rosaimée.. de Charles.. de Lawrence.. Stupide sentiment d'amour qui m'avait mené à ces chaînes, qui m'avait mené à me vider de mon sang, petit à petit. Je sens la mort approcher. Si seulement je pouvais m'assurer que les autres iraient bien, je l'accueillerais les bras ouverts. Malheureusement, il n'y a rien de moins sûr alors je garde espoir. Je garde espoir de pouvoir me libérer de ce cauchemar pour les prendre avec moi et partir loin. L'espoir fait vivre à ce qu'on dit. C'est dur. Plus les jours passent, plus cette espoir s'éteint.

Il est là, le supplice dure encore et encore. J'ai mal. Je ne dis rien. Je ne veux pas lui offrir ce plaisir. Pourtant, des cris de douleur m'échappent. Je suis faible, sans énergie. Je ferme les yeux. Je les vois. Je souris. Rosaimée. Ma fille, ma création. Si belle, si ténébreuse. Charles. Je l'aime. Plus que je ne croyais pouvoir aimer un jour. Lawrence. Mon premier amour. Je ne pourrai plus jamais l'oublier. Il restera à jamais gravé dans mon coeur. Ils me donnent la force d'endurer les pires sévices que cet Originel à décidé de me faire subir. Après tout, peut-être que je le mérite. Maintenant que je sais ce que c'est d'aimer, je réalise à quel point Brandon tenait à moi. Je lui ai brisé le coeur et je sais que je voudrais en faire autant à la personne qui oserait briser le mien. Je peux voir la colère, la douleur dans son regard chaque fois qu'il pose les yeux sur moi. Je ne cherche même plus à me défendre, à m'expliquer. C'est inutile. Les seuls mots qui m'échappent maintenant, les trois seuls mots qui arrivent à franchir mes lèvres. ''Je suis désolée''. J'accepte sa colère, même si j'ai jamais voulu tout ce qui arrive. Des fois j'aurais envie de hurler, de retourner dans le passer et tout oublier. Parce que par ma faute, il n'y a plus d'espoir. Il repart. Je suis à nouveau seule dans le noir.
Code by AMIANTE

_________________
♫ It's just the beast
under your bed
in your closet
in your head ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité


MessageSujet: Re: La fin d'un chapitre, le début d'un nouvel air    Mer 6 Aoû - 17:05



La fin d'un chapitre,
le début d'un
nouvel air



J’en ai marre de me morfondre. J’en ai marre de ne rien faire d’autre que tuer, m’ennuyer d’Enora et m’apitoyer sur mon sort. Je dois sortir de cette chambre où je vais devenir complètement folle. Et je sais qui je vais aller voir. La seule personne qui me reste, la seule qui ait encore quelque chose à faire de moi. Charles. Il doit bien être quelque part dans le manoir, sinon, je demanderai si quelqu’un l’a vu ou sait où il est.

Je vais d’abord à sa chambre, mais je ne l’y trouve pas. Je me rends donc dans les pièces principales, là où la majorité des vampires qui vivent au manoir se tiennent lorsqu’ils ne sont pas dans leur chambre ou dehors. Ici non plus, pas une trace de Charles. Mais une Vampiresse l’a vu plus tôt ; elle me dirige dans cette direction. J’enchaîne couloir sur couloir avant de finalement mettre la main sur lui. De loin, au coin d’un mur, je sens l’odeur du sang et j’entends la voix de Charles. Je comprends assez vite que ce qu’il se passe au détour du couloir n’est pas joli-joli. J’avance d’un pas. Comme je suis nue-pieds, mon avancée est silencieuse sur le parquet. J’aperçois le bras de quelqu’un étendu sur le sol. Quelqu’un de mort probablement, vu l’odeur.

Je comprends alors soudainement de quoi parlent Charles et le Vampire qui reste. Leurs mots me frappent, moi qui ne leur ai prêté aucune attention jusqu’ici. Enora. Brandon. Un hoquet d’horreur m’échappe avant que j’ai pu le retenir. Je tourne le coin, le regard écarquillé par la rage et la terreur. Ma maman…

Je réalise alors que je tiens entre mes doigts le cœur du Vampire que je connaissais de vue, pour l’avoir déjà vu avec Brandon. Je ne me souviens pas le lui avoir arraché, mais tant mieux. Je referme sèchement mes doigts dessus pour le broyer, regardant froidement son cadavre s’écrouler sur le sol. Je vais récupérer ma mère, dussé-je tuer chacun des Vampires ici, dussé-je en mourir.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité


MessageSujet: Re: La fin d'un chapitre, le début d'un nouvel air    Lun 11 Aoû - 17:14



La fin d'un chapitre,
le début d'un
nouvel air



Vampires, des Vampires. Plein de vampires. Mon odorat est saturé de leur odeur. Je reste à distance, hors de vue, tout en gardant le manoir dans mon champ de vision. Il doit y avoir un moyen pour moi d’entrer. Un côté, une porte, une fenêtre moins protégé que les autres. Il doit y avoir quelque chose. Je ne peux pas affronter tout les Vampires du manoir un après l’autre et encore moins en même temps. Je dois me concentrer sur le plus perfide de tous. Passer innaperçu jusu’au moment idéal… Prendre forme humaine ne changerait rien, je sens tout autant le loup sous cette forme. À moins que…

Un Vampire, je dois trouver un Vampire seul. Aussitôt pensé, aussitôt fait. Les sang-froid se promènent allègrement dans ces bois, trouver la piste fraîche de l’un d’entre eux m’est aisé. Le tuer encore plus. Je prends forme humaine et enfile ses vêtements. Ensuite, je me frotte sur lui jusqu’à ce que je ne puisse plus moi-même sentir ma propre odeur de loup. C’est dégoûtant, mais je m’en fiche. Je suis prêt à bien pire encore.

Je dois faire vite, mon odeur reprendra bien assez tôt le dessus sur celle du Vampire. En faisant encore le tour du manoir, je finis par trouver une fenêtre, au niveau du sol, obscurcie par des rideaux. Il n’y a personne en vue et, surtout, personne qui pourrait me voir. Je sors donc du couvert des arbres et m’approche du manoir en ayant l’air le plus naturel possible. Plus rien ne peut m’ébranler, je tuerai ce satané Brandon. Une fois arrivé assez près, je jette un dernier regard. Toujours personne. Je me jette donc au travers de la fenêtre, atterissant sur mes pieds au milieu des morceaux de verre. La pièce est vide. Tant mieux. Mais je ne peux pas rester ici, quelqu’un aura peut-être entendu le bruit. Où se cacherait Brandon ? Peut-être en bas, les lieux sous terre étant les plus sûrs durant la journée.

J’ouvre la porte et débouche sur un couloir sombre. Toujours personne en vue. Aucune odeur familière. Je commence à marcher, croisant quelques Vampires au passage, mais de moins en moins alors que je m’enfonce dans le manoir. Je descends d’un étage. Les quelques Vampires que j’ai croisé ne semblent pas avoir sentit mon odeur de Loup, mais, moi, je commence à la percevoir. À cet étage, personne. Ou presque. Je sens l’odeur du Vampire avant de le voir. Je m’arrête, hors de son champ de vision. Et j’écoute. J’entends le son de chaînes qui tintent légèrement. J’entends des gouttes d’un liquide quelconque gouter dans des flaques. J’entends un léger gémissement, presque familier. Un prisonnier, ce Vampire doit garder une porte derrière laquelle est enfermé un prisonnier. S’il garde un prisonnier, il doit s’agir d’un Vampire de confiance, un qui saura peut-être me dire où se trouve cette saleté de grand manitou des Vampires. Ça vaut le coup d’essayer, au pire, je le tuerai.

J’avance donc d’un pas assuré, tournant le coin d’un couloir et apercevant finalement le gardien de la porte. Puis l’odeur me frappe. Nora, mon Enora. Un véritable hurlement de rage m’échappe alors que je me transforme à nouveau en loup brun, faisant voler en éclat les vêtements volés, tout en me jetant sur le Vampire qui se trouve entre la femme de ma vie et moi. Je me fiche d’attirer tous les Vampires du manoir ici en faisant du bruit. Je me fiche de mourir. Mais je vais la sortir d’ici. Envers et contre tous.
Revenir en haut Aller en bas
Brandon SoulAncien des Vampiresavatar

Date d'inscription : 06/04/2011
Messages : 67

MessageSujet: Re: La fin d'un chapitre, le début d'un nouvel air    Ven 26 Sep - 20:25


La rage est une maladie neurotrope : le fonctionnement du cerveau de son porteur s’en voit perturbé. Ainsi, différents symptômes se manifestent chez son porteur, tels que la modification des rythmes cardiaque et respiratoire. Puis l’individu, atteint de dysphagie et d’une salivation excessive, se met à baver, alors que divers troubles neuropsychiatriques, comme l’anxiété ou l’agitation, apparaissent progressivement, ce qui l’amèneront alors à une agressivité de plus en plus prononcée. À un stade avancé de la maladie, l’individu touché tombe dans le coma, avant de mourir s’il n’est pas traité. La rage se transmet généralement par la morsure d’animaux infectés, comme un chien, ou quelque autre bestiole répugnante.


Pauvre amant tant aimé qu’aimant… C’est ça, hurle de tout ton petit cœur de bête sauvage la perte de ta copine, ce petit morceau de chair cadavérique qui suinte de mort. C’est terrible, n’est-ce pas ? On dirait que tu as la rage. Regarde-moi – ah non, j’oubliais, tu ne peux pas me voir, parce que je t’observe depuis autre part. Et aveuglé par ta tristesse (ou ton amour, ou ta colère, peu m’importe), tu n’as pas remarqué la caméra de surveillance qui me sert de troisième œil. Misérable…


Oh, mais que vois-je ? le vacarme a alerté toute la maison. Avec un peu de chance, il mourra aux côtés de sa dulcinée déchue. Avec moins de chance, il s’en tirera vivant, emportant avec lui le lourd remords de sa mort.


Enfin, je sens qu’il n’est pas seul à accourir. Mais nous allons attendre un peu avant de faire son apparition. La punition vient seulement de commencer.




HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La fin d'un chapitre, le début d'un nouvel air    

Revenir en haut Aller en bas
 

La fin d'un chapitre, le début d'un nouvel air

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» Chapitre 1 : L'arrivée .
» Histoire de l'économie mondiale, chapitre 1
» ~ Chapitre I : Interprétation des rêves ~
» [CHAPITRE 4] Le monde des sorciers s'embrase.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycampire - Forum de RPG fantastique Loups-Garous (Lycans) / Vampires :: Aventures Putrides :: My Refuge :: Résidence des Vampires -

Partenaire : Julien Konsinski, SRC fait du SEO