Partagez | 
 

 Si tu gardes tes amis près de toi, garde tes ennemis encore plus près... [Heather&Amelia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amelia D. SparrowLycan - Gourmandeavatar

Date d'inscription : 31/05/2014
Messages : 297
Localisation : Londres, quartier interdit aux vampires.

MessageSujet: Si tu gardes tes amis près de toi, garde tes ennemis encore plus près... [Heather&Amelia]   Jeu 10 Juil - 10:52


Heather&Amelia

Il y a des jours comme ça où le besoin de se détendre est à la fête. Des jours où nulle rencontre agréable passée ne sauraient justifier un tel ressenti. Stress ? Mon cœur battait tambours battants comme cela ne m'était arrivé que rarement, voire jamais. Comme une dépendance que je ne pouvais contrôler, une attirance que je ne pouvais changer, comme si cela avait été écrit à l'avance. Le stres... ou l'amour. Car c'était bien de cela qu'il s'agissait, depuis cette soirée en forêt, le visage de la douce Scarlet ne me quittait plus. Pourtant, tout nous avait prédestiné à nous haïr et à nous battre bec et ongles pour déraciner la fleur en face de nous que nous aurions dû considérer comme mauvaise plante. Pourtant me concernant, la mauvaise plante qui avait été face à moi ce jour là avait fleuri en une magnifique rose à laquelle me piquer ne me dérangerait pas. Mon ressenti au propos de cette douceur que je croyais jadis au mieux éphémère avait prit le pas sur ma nature qui m'avait crié de lui arracher la tête, ce que je n'avais pas pu me résoudre à faire et ce malgré qu'elle se soit rapidement révélée être un vampire et qu'elle m'ait volé une proie, je ne lui en avais guère tenu rigueur. Je voulais le revoir, c'était en moi, je le sentais, mais le fait était que j'ignorais si ce jour allait réellement se produire. Peut-être que, comme un ange, Scarlet me fut apparue brièvement devant les yeux, avant de plonger sa blanche peau dans la fraîcheur d'une nuit étoilée dont la lune était à deux pas d'être pleine.

L'amour déstabilisant, c'était ce que je me disais depuis que je pensais avoir rêvé éveillée. Cette belle rousse aux allures de princesse des anges ne pouvait être qu'un miracle, ou un mirage. Peut-être avais-je simplement imaginé la femme parfaite sous des airs de vampire, peut-être un coup de la nature qui essaya de me convaincre de stopper ces vaines querelles avec ces immortels nocturnes. Mon esprit se posait la question mon cœur lui, pas le moins du monde. Plongée dans mes pensées, j'avais complètement oubliée la jeune fille avec qui j'étais attablée. Cette dernière me servait de confidente car je ne pouvais décemment pas aller voir un psychologue. Et pour couronner le tout j'avais choisi de faire confiance à une lycane comme moi pour garder mon secret. Peut-être était-ce plus sûr ainsi, à moins qu'elle n'eût choisi la trahison, passer du côté des vampires. Concernant mes choix, je n'aimais peut-être pas les vampires mais dans cette éternelle guerre qui faisait rage, j'avais opté pour la neutralité. Tout ce que je souhaitais, c'était de pouvoir vivre mon éternité à l'abri de toute grande bataille, et il me semblait bien que les dissidents à cette guerre étaient de plus en plus nombreux, côté lycan au moins. Et voilà que je replongeais dans mes pensées...

- Amelia!

Ce brusque retour à la réalité me fit intérieurement l'effet d'une bombe. Vanessa comme elle s'appelait commençait à se demander ce qu'il m'arrivait. Légitime, je semblais perdue, comme déboussolée, à l'instar de personnes ayant vécu un traumatisme après une catastrophe. Peut-être était-ce de cela dont il s'agissait, Scarlet avait causé en moi un traumatisme mental, comme si l'amour m'avait explosé en pleine figure telle une bombe à retardement. Une bien belle bombe ma foi... Ce n'était pas tant la rencontre qui m'avait fait cet effet, mais plus le départ de la belle rousse... Cette sensation de manque, je comprenais maintenant. Je voulais la voir. Mais bon, pour l'heure mon regard se portait juste dans les yeux de Vanessa.

- Ca va ? Tu as l'air pensive...

Sa réflexion me fit moi-même réfléchir. Pensive comme je l'étais, je pouvais être vulnérable. Au fil des années, j'avais commis bien des meurtres et m'étais attirée tout un tas d'ennemis. S'ils me voyaient aujourd'hui, nul doute qu'ils me feraient passé mon audace et mon arrogance passées. Moi qui avais toujours réussir à fuir me trouvais aujourd'hui bloquée devant un mur invisible, l'amour faisait blocus, il m'empêchait d'aller plus loin et pire encore... il m'empêchait de bouger. Pourtant, je savais bien que je devrais passer le pas, je ne pourrais pas rester éternellement devant ce mur à attendre que mes vieux démons me rattrapent, il fallait que je fasse un choix crucial. Un choix ? Non... plutôt, un pas. Il fallait que je retrouve Scarlet. A partir de là, je serait les deux mains et les deux pieds sur le mur, prête à grimper. Si Scarlet ressentait également quelque chose pour moi, il fallait que je le sache. Si elle ne ressentait, il le fallait aussi. Quitte à avoir le cœur brisé et peut-être à renoncer à tout ce qui pouvait éventuellement « m'humaniser », sentiments en premier. Cette idée me traversa rapidement l'esprit, avant de s'évanouir dans le vide intersidéral. Il était hors de question que je laisse tomber ma mère, ma sœur et ma fille. Elles étaient ma famille, et même sans Scarlet je ne pouvais me permettre de les abandonner, elles avaient besoin de moi. Vanessa, elle, pouvais-je la considérer comme une amie ? L'on ne se voyait qu'à de rares occasions depuis cinquante ans, je ne connaissais même pas son régime alimentaire, et c'était elle ma confidente, pas l'inverse. Je lui posais quand même parfois quelques questions mais je ne prenais pas le risque de m'aventurer en terrain glissant.

- Ouais c'est... Vanessa, je t'ai parlé d'une fille, Scarlet. Eh ben... J'ai un peu l'impression qu'elle hante mon esprit. Jolie fille mais... C'est bien ça le problème. Elle n'est pas de ceux que l'on oublie alors... je crois que je vais aller faire un tour, me détendre, me vider un peu l'esprit et peut-être manger.

Je me levais alors et donnais un petit 50£ à Vanessa. C'était ce que je lui payais à chaque fois bien que techniquement ce ne soit pas son métier. C'était un petit remerciement pour ce qu'elle faisait pour moi, un pourboire en somme. Alors qu'elle rangeait l'argent dans sa poche, elle se leva également et nous nous saluâmes.

- D'accord, fais attention, hm ? On sait jamais ce que l'avenir nous réserve. La prochaine fois que tu viens me voir j'aimerais quand même que tu sois entière!

Nous rîmes ensembles malgré que ses paroles soient tout à fait véridiques. N'importe qui pouvait me tomber dessus à bon moments, que ces personnes soient amicales ou hostiles. Il fallait donc être constamment sur ses gardes pour ne pas se faire surprendre. J'acquiesçai alors puis quittai le bar où nous nous étions installées pour discuter. Direction la plage, le bruit des vagues, et le sable sur ma peau pourraient me faire le plus grand bien, me détendre, me reposer afin de continuer plus tard ce que j'avais entrepris : retrouver Edward. Si j'avais déjà retrouvé Shannon – et ce pas en condition idéales-, en revanche mon frère restait totalement hors de la circulation. Il fallait que je mette ça au clair, mais dans cet état, pensive comme jamais, je ne pourrais guère tenir plus de cinq minutes, et s'il me passe sous le nez je suis mal...

Une fois arrivée sur la plage, je mis mon téléphone portable en silencieux afin de ne pas être éventuellement dérangée par une quelconque tentative d'arnaque téléphonique, puis le rangeais dans la poche de ma veste avant de poser celle ci dans le sable. J'enlevai également des chaussures pour poser confortablement mes pieds dans le sable. Je m'allongeais maintenant sur ce dernier pour regarder le splendide coucher de soleil à l'horizon. Quelle magnifique vue, et j'étais seule... à première vue. Mes pensées étaient telles que je ne sentis pas cette chasseuse non loin. Le temps que je ferme les yeux, et il était déjà trop tard... Une vive douleur gagna ma main gauche, puis ma droite, et me voilà coincée au sol. Lorsque je regardais mon agresseur, je constatai que c'était une femme. Toute menue certes, mais assez sûre d'elle pour traverser mes deux mains avec des lames... D'argent. Une chasseuse, et voilà que la plage paradisiaque se transformait en enfer.
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Si tu gardes tes amis près de toi, garde tes ennemis encore plus près... [Heather&Amelia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Il faut toujours garder ses ennemis près de soit [pv Svein]
» (gda),Listes d'armée Elfes 1000p
» Honda Keisuke ✖ « Les amis vont et viennent, mais les ennemis s’accumulent. »
» Livre I, Intrigue n°3 "Les rois n'ont pas d'amis, seulement des sujets et des ennemis."
» Julia de Lamerlay - Garde tes amis près de toi...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycampire - Forum de RPG fantastique Loups-Garous (Lycans) / Vampires :: Aventures Putrides :: The sea :: La plage -

Partenaire : Julien Konsinski, SRC fait du SEO